Merveilles Végétales déménage!

Ce n’est pas que le climat camarguais soit déplaisant, sa flore et sa faune et en particulier ses charmants moustiques sont bel et bien fascinants, mais l’association Merveilles Végétales lève le camp, quitte Arelate direction les Pyrénées Orientales!

Bientôt donc une nouvelle programmation d’ateliers et de rencontres avec notamment, une initiation aux propriétés médicinales des piments!

En attendant, un aperçu de quelques jardins botaniques à découvrir dans les P-O, histoire de vous donner envie de venir nous rendre visite….!

Bel été à toutes et à tous!

A LA MONTAGNE :

Le jardin botanique de la vallée d’Eyne, « la vallée aux mille fleurs »

Au cœur du Parc naturel régional des Pyrénées Catalanes, sur un haut plateau à 1600 mètres d’altitude, Eyne est un village de montagne atypique aux multiples visages. Haut lieu de la biodiversité, la Vallée d’Eyne bénéficie d’une renommée importante depuis le XVIIIème siècle grâce à de célèbres botanistes qui ont contribué à forger la réputation du site jusqu’à son classement en 1993 en Réserve naturelle nationale. La Réserve naturelle d’Eyne, la Maison de la Vallée d’Eyne et l’association Eyne Développement Durable ont rassemblé leurs énergies pour créer un espace d’interprétation qui se veut un espace d’information, de partage et de transmission autour des savoirs liés aux activités thématiques en lien avec la Vallée d’Eyne dans une démarche alliant rigueur scientifique et pédagogie pour le plus grand nombre.

Jardin Potager de Cal Mateu

Jardin potager de Cal Mateu

Situé au cœur d’une bâtisse du XVIIIe siècle inscrite au titre des Monuments historiques, Musée de France depuis 1997, le Musée de Cerdagne à Sainte-Léocadie présente au public un jardin potager original et représentatif des potagers de montagne. Valorisant les variétés locales, il est un témoin en perpétuel changement des potagers du territoire. Agrémenté d’un parcours sonore réalisé à partir d’enquêtes orales, il vous offre un regard sensible et technique sur ces savoir-faire d’hier et d’aujourd’hui…

 

 

Résultat de recherche d'images pour "arboretum vernet les bains"

L’arboretum de Vernet-les-bains

En octobre 1940, de terribles inondations emportent une partie du quartier thermal, hôtels de luxe, maisons et boulevards, laissant une plaie béante à la place de la petite rivière qui traversait Vernet. Seules la partie haute du village et une partie du Parc du Casino sont préservées. Jusque dans les années 60, le lit de la rivière est restructuré et calibré, des variétés d’arbres les plus diverses sont progressivement plantées sur les berges. En 1992, l’école primaire crée une activité de dendrologie ayant pour objectif de recenser les espèces d’arbres présentes à Vernet. C’est le point de départ de la mise en valeur de ce remarquable patrimoine arboré. En 1994, le projet est lauréat du concours « mille défis pour ma planète ». La même année, la Fondation Yves Rocher le parraine dans le cadre de la campagne « une école, un arboretum ». En 1996, la municipalité créé officiellement le label Village ArboretumA chaque naissance d’enfant dans la commune, les parents plantent « son » arbre!

ENTRE MER ET MONTAGNE :

mas de la serre manu clabecq

Aquarium et Jardin scientifiques méditerranéens à Banyuls-sur-Mer

Le Biodiversarium est constitué de deux sites complémentaires, l’Aquarium de Banyuls et le Jardin méditerranéen du mas de la Serre, associés pour présenter la biodiversité terrestre et marine des Pyrénées-Orientales, au travers d’une vision scientifique adaptée au plus grand nombre. A la fois centre de culture scientifique, écomusée et aquarium pédagogique, le Biodiversarium constitue, en tant que service de médiation scientifique de l’Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer (Laboratoire Arago), un lieu d’échanges entre le public et le monde de la recherche.

Le parc municipal de Valmy

Situé sur le piémont du massif de l’Albera, il offre un panorama unique sur le pittoresque château de Valmy (1888) et les paysages des Pyrénées-Orientales. La municipalité d’Argelès-sur-Mer a créé un circuit d’interprétation  offrant aux promeneurs les clés de lecture des paysages de l’environnement parcouru. Vous y rencontrerez des arbres remarquables: Cèdres de l’Atlas, chênes liège, pins maritime, micocoulier et espèces du maquis méditerranéen Arbres d’Alignement: lauriers rose Arbres fruitiers.

 

Image associéeL’arboretum Mas-Roussillon

Les prémices de l’Arboretum remontent aux années 1980. Après la recherche de différentes orientations sur l’environnement, les objectifs du CCEAME (Centre Catalan d’Etudes pour l’Agronomie Méditerranéenne et l’Environnement), l’association qui a créé l’arboretum, se sont entièrement accès sur le développement, l’enrichissement de l’Arboretum et des vergers. Le mas Roussillon a une particularité, celle de posséder deux terres complètement différentes : sur le plateau une terre à vigne peu calcaire essentiellement occupée par l’arboretum et une oliveraie et en partie basse dans la salanque, une terre riche et profonde ou sont plantés les vergers.
Les collections de végétaux correspondent à des plantes de climats méditerranéens. Les vergers regroupant des espèces et variétés traditionnelles du Roussillon, sont reconvertis en Conservatoire de variétés anciennes, variétés plus ou moins abandonnées au cours des décennies.
L’ensemble représentant près de 1000 espèces végétales, forme un outil pédagogique, fleuron d’une ville au passé agricole, maraîcher, fruitier et viticole.

 

EoleLe jardin d’EOLE

A Sainte-Colombe-de-la-Commanderie, ce jardin paysager qui s’étend sur 2.500 m² autour d’une villa privée, a une vue imprenable sur les contreforts du Canigou. Très fleuri, il s’articule autour de plusieurs scènes : rocaille, jardin zen, damier et volutes dans le gazon, topiaires, haies taillées, mare avec pont, potager, chambres végétales, terrasses…
Une cascade sèche agrémente ce jardin qui abrite 560 espèces de plantes dont de petites collections d’iris, de roses, d’hémérocalles, de pivoines, de nombreuses vivaces et des plantes méditerranéennes.

Résultat de recherche d'images pour "jardin fort saint elme"

Le jardin du Fort saint Elme

Élaboré dans les années 1930 à Collioure, ce jardin a pour objectif de réunir en un seul lieu le plus grand nombre de plantes vivaces et exotiques. Un puits de mauresque avait été creusé pour permettre aux propriétaires de se reposer à l’abri du vent et du soleil. Détruit pendant l’Occupation, le jardin reprend vie progressivement. A terme, il présentera un grand nombre de plantes venant du Mexique, s’inscrivant ainsi dans la logique du maître des lieux, l’empereur Charles Quint. Par ailleurs une déambulation dans la petite forêt de chênes lièges est en cours de réalisation.

Arbres fruitiers : Figuier, Olivier. Plantes vivaces : Hibiscus, Volubilis, Laurier Nobilis, Chêne liège, Figuier de barbarie, Cèdre, Cyprès, Marguerite du Cap, Chêne vert, Agave americana, Genêt, Euphorbe, Laurier rose, Belle de nuit, Romarin, Amandier, Pin méditerranéen, Œillet commun, Ficoide violet, Dahlia, Bruyère, Marguerite, Polygale à feuilles de myrte, Véronique, Griffe de sorcière, Caesapinia gilliesi, Vigne, Thym, Thym citron, Plante à curry, Lavande, Iris, etc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s